Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de André Trillard

Voile intégral : avis partagés.

Les parlementaires de Loire Atlantique divergent sur l’utilité de légiférer contre le port de la burqua.

 

Quelle que soit la couleur politique, députés et sénateurs sont tous d’accord pour dénoncer le port du voile intégral.

Bien plus qu’un simple signe religieux, beaucoup y voient avant tout un outil d’oppression dirigé contre les femmes. « Je n’ai jamais vu d’hommes voilés » souligne la députée PS Marie-Odile Bouillé.

 

Pour certains, comme le député UMP Christophe Priou, le port de la burqua symbolise aussi « un refus d’intégration ». Sans compter qu’il pose un problème d’identification, et donc de sécurité. « On ne peut même pas savoir si on a affaire à un homme ou à une femme » souligne le sénateur UMP André Trillard.

 

En passer par la loi ?

Voilà pour le constat. En revanche, les avis sont partagés sur la méthode à mettre en œuvre pour combattre le voile intégral. Faut-il une loi d’interdiction générale comme le souhaite Nicolas Sarkozy ?

« Je ne suis pas sûr qu’on obtienne des résultats sans en passer par là » estime le député UMP Serge Poignant. « Il faut une loi qui rappelle que dans l’espace public, on est en France, pas dans un pays islamique », approuve André Trillard.

 

Favorable à une interdiction dans les services publics ou à la sortie des écoles, le député vert François de Rugy, qui a participé à la mission d’information sur le sujet, est plus réservé sur une interdiction générale. « Ce serait donner beaucoup d’importance à un phénomène réel mais qui reste très marginal, limité à une frange intégriste de l’islam ».

 

Difficile à appliquer.

Rappelant que l’idée d’une interdiction générale a déjà été retoquée par le Conseil d’État, Marie-Odile Bouillé craint par ailleurs que le texte en préparation ne subisse le même sort : « Si cela se reproduit, on aura tout faux ».

En outre, « une loi interdisant le voile intégral dans la rue et les transports publics risque d’être compliquée à gérer » souligne François de Rugy. « Comment devra réagir un chauffeur de bus face à une femme voilée ? » s’interroge Christophe Priou, pour qui « il n’y a rien de pire qu’une loi difficile à appliquer ».

 

 

Presse Océan – 24/04/2010

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article