Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de André Trillard

Requinquer les centres-villes

Les maires d'accord pour accentuer « la vie sociale » dans leurs centres mais c'est parfois complexe

Les temps changent mais parfois l'on doit revenir un peu en arrière. Disons qu'en termes de commerce, c'est l'équilibre qui est préconisé, en redynamisant les centres-villes par rapport à la périphérie. L'assemblée des maires de l'ouest du département a constaté que l'artisanat se portait bien dans l'arrondissement. « En neuf ans, 20 % d'entreprises ont été créées et avec elles 1 800 emplois supplémentaires. C'est le secteur alimentaire qui souffre le plus, en particulier les métiers de la viande et de l'équipement de la maison », a expliqué Jean-Claude Choquet, président de la Chambre des métiers.

 

Proximité essentielle

Se pose aujourd'hui « le problème de la vie des centres. Depuis quarante ans, ils se sont appauvris ». Ils ont pourtant des atouts « à l'heure où une certaine lassitude s'installe vis-à-vis de la grande distribution ; où les déplacements ont un coût ». La population étant vieillissante, « la proximité est essentielle ». Pour y parvenir, il sera nécessaire « d'améliorer les espaces commerciaux et leur accessibilité ». Dans la perspective de redorer le blason des bourgs, « les élus jouent un rôle essentiel ; les commerçants aussi ». Car souvent au-dessus des magasins, l'habitat est négligé. Des logements pourraient être aménagés.

 

La vie locale

André Trillard, président des maires de l'ouest du département, se réjouit « qu'on reparle de commerce en centre-ville. C'est s'intéresser à la vie locale. (Lui) le fils de commerçant rappelle une « règle absolue : faire et bon et être aimable ». Il est important que les bourgs « retrouvent de vrais professionnels ». Les difficultés ne manquent pas aux collectivités. André Trillard a bien du mal à dynamiser Saint-Gildas-des-Bois, « un bourg avec 45 m de dénivelé et un très long mur » qui empêche de créer un vrai cœur. Michelle Lemaître, maire de Montoir, dit son impuissance « à empêcher la concurrence du kebab qui a mangé le pizzaïolo d'en face ». Elle a aussi des difficultés, malgré de nombreuses démarches, à implanter une petite surface alimentaire à Bellevue ; « à moins que l'on construise le bâtiment à nos frais ».

 

Évolution positive

Le maire de Pontchâteau, Bernard Clouet, a nuancé. « La situation des bourgs était plus dramatique il y a quinze ans. L'évolution est positive. Ce qui est compliqué aujourd'hui, c'est de capter les flux, et pour cela il faut réaménager profondément les bourgs. Ce sont des investissements très lourds ». Son adjoint a souligné combien il était « difficile d'aménager les commerces anciens qui ne répondent pas aux normes d'accessibilité et de sécurité ». Pour André Trillard, « 2015 va arriver vite, des dérogations devront être accordées ». Poussant un coup de gueule, « Je n'accepterai pas que l'application de ces normes soit drastique en Loire-Atlantique et qu'elles soient appliquées par-dessus la jambe à Paris. La perfection n'est pas de ce monde. Je le dis crûment : il faut se calmer, prendre le temps d'appliquer celles existantes et ne pas en créer d'autres en permanence ».

 

Presse Océan – 30/11/2009

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article