Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de André Trillard

Question orale : Parents d'enfants en situation de handicap

Monsieur le Président,

Madame la Ministre,

Mes chers Collègues,

 

Je souhaite évoquer avec vous la situation des parents de personnes d’enfants en situation de handicap, parents qui leur vie durant, vont  prendre en charge leur enfant en qualité d’ « aidant familial ».

 

Madame la Ministre, vous le savez bien, la survenue du handicap chez un membre de la famille modifie les repères ainsi que les projets familiaux.

 

Au-delà du traumatisme, c’est souvent à un véritable bouleversement que donne lieu, dans l’urgence, l’adaptation et le réaménagement familial, professionnel et relationnel, avec le risque de placer dans une situation de  véritable isolement celui des parents auquel incombera la situation d’« aidant » familial, le plus souvent sa mère.

 

Sur le plan professionnel, celle-ci est fréquemment contrainte d’arrêter temporairement ou définitivement son activité. Il s’ensuit une perte de revenu pouvant conduire à la précarisation.

La vie conjugale du couple  est souvent mise entre parenthèses.

 

Chacun vivant l’épreuve de manière différente, des ménages éclatent.

 

La relation avec les autres enfants est incontestablement transformée.

Très rapidement, la réalité fait apparaître une fatigue physique et morale, tant pour l’aidant que pour l’ensemble de la famille.

 

Si des progrès ont été accomplis au cours de ces dernières années pour prendre en compte cette  situation particulière et, autant que possible, faciliter matériellement certains aspects de leur vie quotidienne, il reste que son dédommagement – inférieur à l’indemnité ou au salaire d’un professionnel – ne donne accès ni aux droits sociaux ni aux droits à la retraite ! Et pourtant, cette « rétribution » est imposable !

 

Faut-il rappeler que sa journée de travail fait 24 heures et qu’elle n’a pas de vacances….

 

Madame la Ministre, j’ai deux questions à vous poser : l’une de fond,  concerne  les intentions  concrètes de votre gouvernement s’agissant de ce problème précis de la reconnaissance des droits pour les familles et les proches qui apportent une aide régulière à leur enfant ou à tout autre membre de la famille : je veux parler de l’amélioration du droit à compensation et des prestations familiales,  mais aussi du droit au répit, au soutien personnalisé, à la formation, des  mesures liées à la vie professionnelle, des aides au retour à l’emploi, de la mise en place d’équivalences professionnelles etc …

 

Mon autre question est plutôt une suggestion, celle consistant à attribuer une distinction, comparable  à celle de la Médaille de la Famille qui récompense aujourd’hui les parents ayant élevé 4 enfants et plus. L’idée serait de témoigner à ces parents,  dont la vie a été mise entre parenthèses,  la  reconnaissance qu’ils méritent,  ainsi qu’à saluer l’abnégation et le dévouement dont ils  font preuve. Reprenant récemment la genèse de cette médaille, créée en 1920, j’ai pu constater  que contrairement à une idée répandue, elle n’avait pas de visée nataliste mais que le but alors poursuivi était de  récompenser des parents ayant élevé dignement leurs enfants. Il me semble que ma proposition s’inscrit parfaitement dans cette philosophie.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article