Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de André Trillard

Le sénateur UMP révèle le plan de la gauche

Au sein de l’Association des départements de France (ADF), la gauche a élaboré une campagne de six mois contre les réformes de collectivités et de la taxe professionnelle.

 

Le sénateur Trillard ne manque pas de suite dans les idées. Lors du vote du budget, hier au Département, l’élu UMP s’en est pris, à nouveau, aux actions menées contre la réforme des collectivités et la réforme de la taxe professionnelle. « Cette désinformation massive, aux frais du contribuable, est en  réalité une campagne nationale lancée par la gauche […]. J’en veux pour preuve un document […] indiquant aux exécutifs de gauche la procédure à suivre […]. Les finances d’un département qui se dit étranglé par l’État servent à financer des campagnes relevant du PS et de ses alliés… ».

 

Le sénateur a sorti un document de quatre pages, interne au groupe de gauche de l’Assemblée des départements de France (ADF). Le plan dresse la liste et le calendrier des actions à mener pendant six mois. S’y trouvent des formules aussi diverses que la pétition « J’aime mon département », les courriers aux élus, l’arrêt des cofinancements avec l’État, des campagnes de presse, ou encore la sortie des magazines départementaux sur le sujet.

Plusieurs de ces actions ont été mises en œuvre en Loire Atlantique, même si la majorité se défend de suivre un tel plan.

 

 

Dans sa réponse à André Trillard, le président socialiste Patrick Mareschal a fait remarquer qu’un département comme la Vendée, pas vraiment à gauche, utilise aussi ses moyens de communication pour tirer le signal d’alarme. « Il est légitime que les élus alertent la population sur ce qui l’attend. Les élus, de toutes tendances politiques, sont très inquiets. Ce mauvais procès masque votre incapacité à répondre sur le fond. Votre façon de rabaisser le débat révèle la faiblesse de vos arguments ».

A d’autres élus de droite qui l’accusaient de crier avant d’avoir mal, Patrick Mareschal a rappelé qu’il n’a pas inventé les projets de réformes. « Quand les lois seront votées, il sera trop tard. C’est maintenant que nous devons exprimer nos désaccords, nos inquiétudes ? C’est pourquoi dans les départements, chacun prend les moyens, en toute légalité ».

 

Ouest France - 11/12/2009

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article