Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de André Trillard

Le matraquage fiscal n'est pas une obligation !

La situation financière et budgétaire dans laquelle s’est placée le Conseil Général de Loire Atlantique est extrêmement inquiétante.

 

La dernière session du Département a révélé qu’à l’heure actuelle, en faisant la différence entre dépenses inscrites et recettes prévues, le budget 2011 serait en déficit.

Une telle situation est interdite par la Constitution.

 

Quelles réponses, quelles solutions la majorité de Gauche du Conseil Général compte-t-elle apporter ? Comme habitude, une hausse de la fiscalité.

 

En demandant aux contribuables de Loire Atlantique de verser 30 millions d’euros d’impôt en plus, la majorité se livre à un véritable matraquage.

 

Après avoir augmenté de près de 30% la taxe foncière en 2009 (soit 22.5 millions d’euros d’impôts supplémentaires), le Conseil général s’apprête à réitérer la manœuvre en 2011.

 

Cette décision est-elle une fatalité ? Est-elle incontournable ? D’autres solutions existent-elles ?

 

Pour les élus du Groupe Démocratie 44, une autre réponse doit être apportée : elle passe par le devoir de vérité et la responsabilisation des uns et des autres.

 

Bien sûr, l’État doit jouer son rôle, doit soutenir et accompagner les collectivités locales et à ce titre doit revoir les règles présidant à la compensation des transferts de compétences notamment sociales effectués depuis 1997.

 

Mais, les collectivités territoriales, et le Conseil général de Loire Atlantique n’y échappe pas, doivent également faire preuve de responsabilité.

 

De très nombreux projets, dont l’intérêt général immédiat n’est pas prouvé, pourraient tout au moins être reportés de quelques mois ou de quelques années pour certains. Entre les différents programmes immobiliers permettant d’héberger les agents du Département (qui sont actuellement hébergés dans des locaux loués) et plusieurs opérations dont l’intérêt et l’utilité restent à démontrer, on atteint plus de 75 millions d’euros.

 

À titre d’exemple : Maison de l’habitat et du cadre de vie : 8.5 M€ ; Opération du Bd Victor Hugo : 38 M€, pontons entre Saint-Nazaire et Saint-Brevin : 2 M €, Mémorial de l’Esclavage : 1M €, Opération Sully 3 : 23.15 M€, Opération Estuaire : 3M€…

 

Ces économies temporaires que nous proposons représentent 2,5 fois le besoin de financement du budget 2011.

 

Cette démonstration est bien la preuve que, contrairement à certaines rumeurs, le Conseil général ne manque pas d’argent. Toute la question réside dans l’usage qui en est fait.

 

Pour les élus du groupe Démocratie 44, le Conseil général doit prioriser ses actions, hiérarchiser ses projets pour éviter de procéder une nouvelle fois à une explosion de la fiscalité locale.

 

C’est la vision que vos élus défendront en décembre lors de l’examen et du vote du budget pour 2011.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article