Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de André Trillard

La leçon de Didier Migaud au Département

Les élus du Groupe Démocratie 44 partagent totalement les critiques émises par Didier MIGAUD, Président de la Cour des Comptes, lors de l’audience solennelle de rentrée de la Cour. Ce dernier adresse un vif avertissement aux collectivités locales, les appelant à faire davantage d’efforts pour contenir l’endettement de notre pays car « leur part dans la dépense publique est de 21 % ».

 

En effet, leurs dépenses ont connu une croissance forte au cours des 20 dernières années qui n’est qu’en partie imputable à la décentralisation : celle-ci n’expliquerait qu’un peu plus de la moitié de la hausse globale.

 

Selon Didier MIGAUD, ancien Président socialiste de la commission des finances à l’Assemblée Nationale, parlant des collectivités, « l’équilibre de leurs comptes n’est atteint qu’au prix d’un ajustement de leurs recettes au niveau des dépenses, et donc par un alourdissement de la fiscalité locale ». Cette affirmation est d’autant plus valable en Loire Atlantique que l’actuelle majorité a opté pour le matraquage fiscal en 2009 (+ 29%) et en 2011 (+ 17%).

 

Le Président de la Cour des Comptes ajoute qu’« une réelle maîtrise de la dépense locale passe sûrement par une gestion plus rigoureuse des effectifs de la fonction publique ».

 

Il ne croit pas si bien dire.

La crise n’empêche pourtant pas le Conseil Général de Loire Atlantique d’augmenter ses effectifs. Les dépenses de personnel sont ainsi passées de 154 026 000 euros en 2008 à 180 204 000 euros en 2012, soit une augmentation de 17% en 4 ans.

 

Alors qu’une crise inédite frappe la France, et que les collectivités locales doivent participer à la diminution de la dépense publique, le Conseil Général de Loire Atlantique dépense toujours plus en fonctionnement.

 

Créant une soixantaine de postes en 2012, le Département comptera à la fin de l’année plus de 4 400 agents.

 

Depuis 2004, 1700 postes ont ainsi été créés au Conseil général dont près de 600 hors transfert de compétences de l’État. Le Département de Loire Atlantique a donc créé en 8 ans de manière volontaire, sans que l’État en soit responsable, 600 postes. Soit près de 80 postes par an en moyenne.

 

Pourtant chacun sait que les dépenses de personnel augmenteront mécaniquement quoi qu’il arrive, même à effectif constant. Et chacun sait que l’augmentation des dépenses de fonctionnement se traduit inéluctablement par une hausse des impôts.

 

La question de la réduction des effectifs doit donc être clairement posée.

Dans le contexte de crise planétaire que nous traversons, les collectivités doivent faire des efforts. Le Groupe Démocratie 44 est intervenu cette année encore au moment du vote du budget pour pointer l’incapacité de l’actuelle majorité à limiter les dépenses de personnel. En 2012, elles progresseront de 3,5 % par rapport à 2011.

 

Pour les élus Démocratie 44, le Président du Conseil général et sa majorité doivent intégrer très rapidement les critiques, remarques et préconisations de la Cour des Comptes. Celles-ci doivent s’appliquer à l’ensemble des collectivités locales.

 

Communiqué diffusé le 19 janvier 2012

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article