Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 18:07

14 décembre : Intervention de André Trillard, Rapporteur

Monsieur le Président, mes chers collègues,

La France a initié un rééquilibrage de son centre de gravité stratégique dans la zone indopacifique. Citée pour la première fois dans le Livre blanc australien publié en début d’année, mais aussi dans les livres blancs néo-zélandais publiés le 6 juin 2016 et indonésien, la France s’affirme comme un acteur reconnu dans cette zone et, au cours de nos auditions et de notre déplacement, il nous est apparu que l’un des leviers de l’action et du rayonnement de la France dans l’indopacifique était sans conteste son armée. Son action et ses succès, tout comme la qualité de ses équipements expliquent pour bonne part l’attribution du contrat du siècle à DCNS.

C’est la raison pour laquelle nous sommes allés passer une journée avec les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) lors de notre déplacement. Avec peu de moyens, les FANC font beaucoup :

- elles protègent le territoire national et contribuent au maintien de la sécurité dans la zone de responsabilité permanente,

- elles participent au soutien de l’action de l’Etat,

- elles assurent la police des pêches et la surveillance des ZEE, y compris des ZEE australiennes des îles de Heard et de Mac Donald,

- elles continuent à assurer le sauvetage maritime en zone Nouvelle-Calédonie,

- elles assistent les populations des États insulaires du Pacifique en cas de catastrophe naturelle, dans le cadre de la déclaration commune de la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, dite accord FRANZ. A la demande des États sinistrés, il a été mis en œuvre en avril 2015 pour gérer les conséquences du cyclone Pam aux îles Vanuatu et en février 2016 pour réparer les dégâts causés par le cyclone Winston aux îles Fidji. Dans ce cadre d’ailleurs la France a joué le rôle de facilitateur à l’intervention humanitaire de l’Australie aux îles Fidji.

Les FANC comprennent 1663 personnels, la fin des renoncements de projection en outre-mer consentie pour permettre de tenir la posture de défense du territoire national (Sentinelle) devrait soulager des effectifs très sollicités.

Les équipements des FANC sont en petit nombre et parfois extrêmement âgés. Les Puma sont notamment dans ce cas. L’arrivée du nouveau bâtiment multi-mission d’Entrecasteaux le 29 juillet dernier est une bonne nouvelle qui va renforcer les actions de transport léger et de soutien logistique. Dans le domaine des patrouilleurs océaniques, en revanche, un déficit capacitaire est prévisible entre 2020 et 2024, date de la livraison des nouveaux BATSIMAR aux termes de la loi de programmation militaire, qui doivent remplacer les deux patrouilleurs P400 : La Moqueuse et La Glorieuse. Ceux-ci doivent cesser de fonctionner en 2020, mais dès cette année, le taux d’indisponibilité de La Moqueuse a été très largement supérieur à 50 %.

Ceci ne nous semble pas tenable, l’effort budgétaire à réaliser n’est pas si conséquent aux regards des réelles retombées attendues !

La France multiplie les partenariats stratégiques dans la zone : avec l’Inde en 1998, l’Indonésie en 2011, Singapour et l’Australie en 2012, le Viêt Nam et le Japon en 2013, la Chine en 2014. L’accord stratégique avec l’Australie vient d’ailleurs d’être réactualisé en 2016. Nous avons un vaste réseau d’attachés de défense dans 18 pays et d’attachés de sécurité intérieure dans 21 pays de la zone. Outre les accords FRANZ, la France est partie du traité de Manille, du traité de Rarotonga, du traité de Bali. Elle participe au forum régional de l’ASEAN par l’entremise de l’Union européenne, au dialogue du Shangri-La. Elle est partie aux échanges QUAD regroupant les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et notre pays.

Elle participe aux manœuvres et exercices militaires multilatéraux : Equateur, Croix du Sud, ou encore aux actions de coordination de protection des ZEE comme l’opération Tui Moana. Nous ne resterons crédibles qu’avec des moyens adéquats, performants et présents en mer et dans les airs. Il est temps de mettre en œuvre les moyens de nos ambitions, en équipant à la hauteur de leur mission les FANC mais aussi les Forces miliaires stationnées en Polynésie française, surtout quand l’Australie et la Nouvelle-Zélande (dans une moindre mesure, qui n’est pourtant pas négligeable) décident sur la base de leurs nouveaux Livres blancs de renouveler leurs parcs d’équipements militaires.

L’analyse stratégique de ces deux pays est caractérisée par deux interrogations :

- Est-ce la fin de la supériorité américaine dans la zone, quand bien même le pivot américain a affirmé l’importance accordée par les États-Unis à cette zone, et que l’impression de désengagement américain n’était pas du tout partagé par les responsables que nous avons auditionnés ? Le résultat des élections présidentielles américaines pourraient toutefois modifier ce sentiment,

- Deuxième question, bien plus essentielle à leurs yeux : la présence militaire renforcée de Pékin en mer de Chine. La République populaire de Chine est vue comme la principale menace à la stabilité de l’arc indopacifique cherchant à se positionner sur les détroits liant les deux océans.

C’est dans ce contexte que nous avons remporté le processus d’évaluation compétitive australien. La France avait pour elle dans cette compétition : la supériorité technique des équipements proposés selon nos partenaires australiens unanimes sur la question, la compréhension de la volonté australienne de disposer d’une industrie navale souveraine, et d’une autonomie stratégique réelle et la mobilisation de l’équipe France dont notre Présidente va maintenant vous parler.

Je conclurai pour ma part en rappelant que c’est sur la crédibilité de son armée que la France a remporté le contrat du siècle. Il nous faut rester crédible et fiable, ce qui signifie : augmenter les moyens de nos forces dans l’indopacifique à hauteur de leur mission, simplifier la gouvernance militaire de cette zone pour qu’elle soit plus lisible pour nos partenaires, continuer de déployer nos navires, notamment ceux de premier rang pour réduire les risques de déni d’accès ou de contestation du droit de la mer.

Au sénat : nous devons augmenter les moyens de nos forces militaires dans l’indopacifique

Partager cet article

Repost 0
Published by André TRILLARD - dans Au Sénat
commenter cet article

commentaires

Présentation

A Trillard
André TRILLARD
Sénateur
Maire de Saint-Gildas-des-Bois

Pour me contacter

Téléphone - Fax : 02.51.16.50.10

@ : andre.trillard@wanadoo.fr

Permanence parlementaire :
66, rue de la Gare

Les Platanes

44530 Saint-Gildas-des-Bois