Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 11:28

République Française
Discours de M. André TRILLARD
Sénateur de la Loire Atlantique


Orateur du Groupe LR - Mission Action Extérieure de l’Etat

Mercredi 2 décembre 2015 matin

Madame le Président, Monsieur le ministre,
Monsieur le Président de la commission des affaires étrangères et de la Défense,
Mesdames et messieurs les rapporteurs,
Mes chers collègues,

A première vue, cette année les crédits de la mission Action Extérieure de l’Etat semblent présenter une hausse. En 2016, le budget du Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International devrait atteindre 3 Milliards 198 millions contre 2 milliards 957 millions en 2015.
Mais autant revenir tout de suite à la réalité, cette augmentation est très vite rattrapée par le paiement des dépenses de la COP 21 et par un effet de change négatif de l’euro par rapport au dollar.
C’est le premier point que je souhaite aborder :
Les rapporteurs DOLIGE et CAMBON l’ont très bien démontré : il est urgent de mettre en place un mécanisme de couverture de change plus réactif.

A l’heure où l’on justifie les dépenses au premier euro, comment est-il possible de subir des pertes de changes de 150 millions alors que nous bataillons pour 5 millions d’euros pour abonder les ressources de tels ou tels opérateurs ?
La convention entre le MAÉDI et l’Agence France Trésor doit être renégociée le plus rapidement possible. Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous indiquer si des mesures ont été prises en ce sens ?

Mon deuxième point sera consacré au réseau.
Une gestion rationnelle, une implantation adaptée et cohérente et une sécurisation effective : voila les défis du MAEDI. Rassurez-vous Monsieur le Ministre, nous savons combien la tâche est ardue !
Surtout quand nous bénéficions du troisième réseau diplomatique au monde. C’est un héritage formidable, à condition de le faire fructifier, et non de le dilapider.
Et c’est la question que nous devons nous poser lorsque que nous finançons les dépenses d’entretien par des ventes patrimoniales. La gestion immobilière peut être envisagée sous la seule logique comptable ! Les ventes de bâtiments prestigieux peuvent devenir contreproductives et parfois frôler l’hérésie.
La rationalisation de notre réseau ne peut se faire au détriment de notre rayonnement, qui dans certains cas, passe aussi par la préservation des joyaux architecturaux français. La vente du Palais Clam-Gallas à Vienne pour 22 millions d’euros est un exemple type.

Pour autant l’adaptation et le redéploiement de notre réseau était inévitable et fut initiée sous le précédent quinquennat. Cela n’est pas sans difficulté, nos collègues élus des français de l’étranger ont à cœur de nous alerter. La colocalisation avec les services extérieurs de l’Union Européenne peut être une solution pérenne à deux conditions :
- qu’elle ne remette pas en cause notre indépendance diplomatique,
- qu’elle puisse répondre au besoin de la communauté française sur place.
La mutation du réseau est une équation à double inconnue : comment continuer d’assurer une mission de service public vis-à-vis des français de l’étranger tout en adaptant notre diplomatie d’influence ?
Face à la Chine, l’Inde, les Etats-Unis ou encore le Brésil, nous devons être offensif et développer une véritable stratégie de Smart power.
Ce sera mon troisième point :
Nous en avions débattu lors de la réforme de l’action extérieure de 2010 et qui avait vu la création de l’Institut Français, cher à mon collègue Jacques LEGENDRE.
Je pense que nous devrions mettre en place une série d’indicateurs cohérents afin de mesurer nos capacités en matière de rayonnement et d’influence. Cette grille d’évaluation réunirait différents critères dans différents domaines.
Du développement de programmes destinés à promouvoir les institutions françaises, aux échanges culturels en passant par l’optimisation des aides à la pénétration de nouveaux marchés pour nos PME.
Cette stratégie d’influence globale doit intégrer toutes les ressources relatives à la diplomatie économique. Les voyages présidentiels et les cohortes de grands chefs d’industries ne suffisent plus dans un monde « 2 point zéro. »
Le développement de French Tech. sur notre territoire a autant d’importance que le développement du tourisme. D’ailleurs, ces deux leviers se complètent.
De plus en plus, des ingénieurs étrangers viennent travailler en France, non plus à Paris, mais dans des régions où la qualité de vie, le patrimoine naturel et l’art de vivre à la française sont des véritables atouts.

Et en parlant d’atout, vous l’aurez compris, je souhaite revenir sur ATOUT France. Nous saluons la mise en place d’une politique touristique avec une dimension internationale.
Néanmoins, nous avons du mal à comprendre pourquoi tous les budgets des opérateurs baissent à l’exception d’Atout France, alors même que ses missions sont en passe d’être redéfinies. Par ailleurs, nous regrettons vivement la maladresse, ou l’oubli, de Bercy, qui a omis d’inscrire au budget d’Atout France la réaffectation d’une partie des recettes issues des visas.

Comme Jean-Pierre GRAND l’a évoqué dans son rapport : les émission de visas sont en augmentation et sont très rentables. En 2013, les visas auront rapporté à l’Etat 137 millions d'euros. En 2014, 160 millions d’euros.

Alors monsieur le ministre, à l’annonce de ces chiffres, je crois que vous comprendrez notre position. Prélever 5 millions d’euros pour les affecter à l’AEFE ne portera aucun préjudice à ATOUT France.
En plus de rétablir de la sincérité budgétaire, il s’agit de compenser la baisse des dotations des bourses scolaires des français expatriés appartenant aux classes moyennes, pénalisés par la réforme. C’est pour cette raison que notre groupe soutiendra l’amendement de la commission des finances.

Malgré ces remarques, qui nous l’espérons deviendrons des axes de travail communs, le Groupe Les Républicains votera les crédits de la mission. Je vous remercie.

Partager cet article

Repost 0
Published by André TRILLARD
commenter cet article

commentaires

Présentation

A Trillard
André TRILLARD
Sénateur
Maire de Saint-Gildas-des-Bois

Pour me contacter

Téléphone - Fax : 02.51.16.50.10

@ : andre.trillard@wanadoo.fr

Permanence parlementaire :
66, rue de la Gare

Les Platanes

44530 Saint-Gildas-des-Bois