Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 11:56

Madame la Présidente,

Madame le Ministre,

Monsieur le Président de la Commission des affaires étrangères et de la Défense,

Messieurs les rapporteurs,

Mes chers collègues,

Je fais écho aux propos tenus par mon collègue Dominique DE LEGGE, rapporteur du Budget de la défense pour constater, d’entrée de jeu, que le compte n’y est pas. Ne croyez-pas que la situation nous satisfasse.

Bien au contraire.

C’est un moment grave que nous vivons ce soir. Tous ceux qui ont préparé et travaillé sur le budget Défense pour 2015 l’ont fait avec la conscience de leurs responsabilités et animé d’un espoir.

  • L’espoir de trouver des financements par le biais de déplacement de crédits à l’intérieur des programmes,

  • L’espoir que le gouvernement nous annonce une augmentation des crédits, ou au minimum une sanctuarisation effective du budget.

Malgré la détermination des uns, la communication des autres, les chiffres restent les mêmes et ils sont alarmants. Ce soir, nous avons dépassé le stade du constat amer pour entrevoir une double réalité :

  • celle d’un budget aux recettes artificielles destinées à couvrir des dépenses, elles, bien réelles et indispensables .
  • la réalité d’une LPM agonisante.

Pourtant depuis plus d’un an, les parlementaires ont alerté, les industriels ont informé, les responsables de la Défense ont exprimé leurs inquiétudes …

Monsieur le Ministre, depuis plus d’un an, le Président de la République et vous-même, vous étiez engagés à sanctuariser le budget de la Défense.

Or, plus nous avançons dans l’année, plus les amputations et les reports de charges augmentent. Sur l’exercice 2015, le report de charges devrait atteindre 3,8 milliards.

Prenons nous la mesure des enjeux?

  • Cela signifie que les investissements sont largement menacés. Les emplois de notre industrie de Défense et ceux de nos PME et TPME sous-traitantes ne sont pas délocalisables. Il y va donc de la sauvegarde de ces 400 000 emplois directs et indirects.

Chacun sait ici que nous ne pouvons-nous permettre ce luxe.

  • Cela signifie aussi que nous amorçons un décrochage capacitaire et technologique alors que la France est l’un des leaders mondiaux de l’industrie de défense.

Plus nous avançons dans l’année, plus les OPEX se multiplient et se prolongent dans le temps, générant des coûts humains, matériels et financiers.

De prime abord, la sous-dotation des OPEX pouvait sembler acceptable dans la mesure où un financement interministériel était mis place. Mais, l’article 4 de la LPM est un piège pour le ministère de la Défense, puisqu’il y contribue, et à hauteur de 20%.

La triste réalité, enfin, c’est que nos armées et notre outil de défense sont en surtension.

Toujours plus loin, toujours plus longtemps… mais avec moins d’hommes et avec des équipements vieillissants.

Tel est l’axiome de la LPM… tel semble être le cap du Président de la République.

Plus de 8 000 hommes ont été déployés dans plusieurs opérations: Barkhane dans la Bande sahélo-saharienne (Mali, Niger, Tchad et Niger), Sangaris en République Centrafricaine, Chamal en Irak, pour ne citer que celles-ci.

Rendons-nous compte de ce que cela implique, tant pour les hommes que pour le maintien en condition opérationnelle !

Alors que les déflations de personnels se poursuivent, la Défense devrait continuer d’assumer, sans moyens, une politique étrangère aux ambitions croissantes ?

La Défense supporte, à elle seule, 60% des baisses totales des effectifs de l’État.

Quel autre ministère supporterait de telles compressions de personnel alors que ses missions s’accroissent ? Certainement pas celui de l’économie des finances, toujours aussi prompt à imposer aux autres ce qu’il n’a jamais su s’imposer.

Mes chers collègues, serions-nous devenus schizophrènes ? Comment la France, membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, peut-elle prétendre assurer une présence et implication continues sur la scène internationale, sans engager les moyens nécessaires ?

Et ce, dans un contexte sécuritaire qui se dégrade chaque jour ?

La première question que je pose est : jusqu’à quand, et dans quelles conditions le ministère de la Défense va-t-il pouvoir tenir ?

Est-il responsable d’affirmer dans le même temps que :

- Pour être crédible la LPM doit être exécutée à l’euro prêt,

- Sur 31,4 milliards seulement 29, 1 Milliards seront disponibles à temps ?

Certes des pistes de financements sont à l’étude, comme les abondements du Programme d’Investissement d’Avenir ou encore les créations de sociétés de projets.

Mais les fondements juridiques de ces sociétés sont incertains, alors même que nous savons d’ores et déjà qu’elles représenteront une charge financière de plus pour le ministère.

En outre, ces solutions palliatives ne répondent ni aux délais, ni à la réalité des missions de nos armées pour 2015.

Si l’heure n’était pas si grave, je serais tenté de dire : Tels, pour certains, GODOT, tels pour d’autres, Sœur Anne , nous-mêmes , nos responsables militaires et nos soldats attendons les REX…

Mes chers collègues, derrière nos comptes et nos chiffres, il y a des hommes.

Aussi, ma deuxième question tient-elle à notre responsabilité à tous. Et en tout premier lieu, à celle, constitutionnelle, du Chef des Armées.

Aujourd’hui, le Président de la République doit assumer ses objectifs et avoir le courage de les imposer à son Ministre du Budget !

S’il lui manque la volonté politique de donner les moyens d’équiper les troupes, il s’agit là d’un manquement grave à ses devoirs de Chef des armées.

Et cela, en dépit de tous les efforts que vous déployez, Monsieur le Ministre !!

Pour le groupe UMP, l’heure est à la responsabilité et à l’honnêteté envers nos soldats et nos concitoyens.

Si la sincérité de ce budget réside dans ces efforts dérisoires de contournement de l’obstacle budgétaire, cela nous semble grave.

Ce soir, pour ceux qui risquent leurs vies pour les idéaux de leur pays, pour la survie notre outil de défense, notre groupe votera contre ces crédits.

1er décembre 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by André TRILLARD
commenter cet article

commentaires

Présentation

A Trillard
André TRILLARD
Sénateur
Maire de Saint-Gildas-des-Bois

Pour me contacter

Téléphone - Fax : 02.51.16.50.10

@ : andre.trillard@wanadoo.fr

Permanence parlementaire :
66, rue de la Gare

Les Platanes

44530 Saint-Gildas-des-Bois